Le terme de "piège photos à barrière" est utilisé pour les techniques faisant appel à un boîtier émetteur et un boîtier récepteur créant ainsi "une barrière". Il existe d'autres techniques de piègeage par barrière comme le déclenchement unique. Ce dernier ne nécessite aucune technique sofistiquée.

Voici 3 types de déclenchement par barrière qui ont tous lieux lorsque le faisceau est franchit :

  1. Infrarouge
  2. Infrarouge avec fibre optique
  3. Laser

L'appareil photo est commandé directement et pratiquement sans temps de retard par un boîtier émetteur infrarouge. Celui-ci donne l'ordre de déclenchement dès qu'un animal coupe le rayon à un autre boîtier récepteur. Selon le  type de récepteur, le déclenchement permet également d'agir sur la portée et l'angle du faisceau. Le récepteur vous permet le choix entre 3 positions et un réglage de puissance situé entre 1 est 9 mètre. La position "insecte" pour les sujets les plus fins, la position "oiseau" pour les sujet de taille moyenne comme un rongeur et la dernière position "mammifères" vous permet de déclencher uniquement sur le passage d'animaux de petite taille comme un écureuil, un chat etc.

Pour donner plus de précision au déclenchement infrarouge, il est possible d'installer deux étages de barrières, ce type de configuration est alors appelé "barrières en croix" : ce principe permet la détection sur une zone beaucoup plus précise, pour un sujet mobile évoluant de manières totalement aléatoire.
Cette méthode de la double barrière est la seule convenant aux sujets très rapides p.ex. insectes, oiseaux ou chauve-souris en vol. 

La barrière à insectes :

Le principe de la barrière à insectes est identique à celui de la barrière infrarouge mais la surface de détection est beaucoup plus importante. Une barrière simple est trop ponctuelle et la probabilité qu'elle soit coupée est faible,
car le trajet suivit par les insectes est imprévisible. La barrière à insectes est conçue en forme de U composé d'une série d'émetteurs et de récepteurs, permet une détection sur une surface triangulaire et non sur un seul point. Les temps de réponse sont identiques.

Lorsque l'insecte passe à l'intérieur du U, il est détecté par la coupure des faisceaux infrarouges et la photo est prise par un appareil situé en face ou sur le côté.

Ce système de barrière est intéressant pour la photographie en aquarium dans la mesure où le récepteur ne peut pas être immergé. Il s'utilise également pour tous les cas où il n'est pas possible de mettre le récepteur en vue directe de l'émetteur. La fibre optique conduit la lumière, placée dans l'eau, le signal est conduit hors de l'aquarium jusqu'au récepteur. Dans ce cas, l'émetteur peut être à l'extérieur ou au-dessus de la fibre, dissimulée dans le fond. L'émetteur doit être très puissant du fait des pertes de lumière et, dans la pratique, la portée ne dépasse pas 1 mètre entre le départ du faisceau et l'entrée de la fibreoptique, qui peut atteindre 2 mètres de long. Quatres flashs rapides au 1/2000, sont placés l'un sur la zone que le poisson doit normalement occuper et trois autres en rafale, décalés avec horloge électronique.  La détection du jet est assurée par un faisceau infrarouge avec fibre optique quadrillant la surface de l'aquarium. 

Cette technique est similaire à la technique infrarouge. Le faisceau infrarouge est remplacé par un lazer.
Celui-ci est réglé à une certaine fréquence pour être invisible. Extrêment plus ponctuel, le faisceau laser sera même capable de détecter une balle de fusil.


    Cette technique ( primitive ) est utilisée pour se déclencher qu'une seul fois,   il consiste à poser un fil sur un couloir d'accès ou un lieux de passage obligé de l'animal.

Principe :

Le fil doit être fin et ne doit pas donner de résistance. Une des extémité du fil est solidement arimée à un arbre par exemple, l'autre est fixée à une goupille reliée à un boîtier électrique ( fonctionnement par piles ), la goupille mise en place crée un contact permanent ( l'appareil photo ne se déclenche pas ). Lorsqu'un animal arrache le fil à son passage, la goupille se détache du boîtier, le contact est compu et ( l'appareil photo se déclenche ).

Même principe mais sans boîtier :

A).
Le boîtier réflexe est fixé sur un arbre ou tout autre support à proximité du lieu de passage, un câble de liaison avec allonge de 10mètre relie le boîtier et le dispositif. Si la configuration du terrain ne s'y prête guère, il est possible d'utiliser une télécommande radio ou infrarouge à la place du câble allonge de liaison.

B).
Le dispositif est fixé à l'arbre (A.) - les pinces crocodiles relient la prise télécommande du boîtier photo (B.) - Le dispositif de contact est tendu au centre de l'anneau (C.) - Un fil ( attention pas de fil nylon ou de fil de pêche car celui-ci blesserait l'animal ) est fixé à l'autre extrémiter du lieu de passage.

 
C).
Lorsqu'un animal tire sur le fil celui-ci actionne "D"  puis "C" crée le pont de contact de "B" relié au boîtier photo le déclenchement s'effectue. Le piège est ensuite inopérant, il faut revenir le réarmer car le fil s'est cassé et la boucle de contact "C" est tordue.

 

Il existe bien d'autres méthodes d'auto-déclenchement ( au bruit avec micro, par induction magnétique, pneumatique, etc.).